Chaudière à condensation : combien de CO2 est économisé

Chaudière à condensation

Ces dernières années, l’accent mis sur Emissions de CO2, le dioxyde de carbone responsable, entre autres, de l’augmentation de la température terrestre. L’attention à la pollution de l’environnement est donc également perçue au niveau de l’opinion publique car il est désormais clair que l’activité humaine affecte profondément les déséquilibres environnementaux. Pour donner un exemple, il ressort des recherches menées par le WWF que l’augmentation de la concentration de CO2 dans l’environnement a été plus important au cours des deux cents dernières années (l’analyse remonte à 2011) qu’il n’a augmenté au cours des huit cent mille dernières années.

Cette observation doit inévitablement nous conduire à faire des efforts, chacun dans son échelle. Et si souvent, comme nous avons déjà eu l’occasion de le dire, en matière de pollution urbaine, les voitures sont indiquées comme les principales coupables, il est essentiel de porter également l’attention sur les systèmes de chauffage. Et sur la façon dont l’utilisation d’une chaudière à condensation est une réelle opportunité de réduire la pollution.

Émissions de CO2 dans une chaudière

Le fonctionnement du système de chauffage domestique s’appuie sur du combustible (tel que le méthane gazeux) qui est introduit dans le système et brûlé à travers le brûleur approprié. Ce système vous permet de chauffer l’eau qui est ensuite introduite dans le système domestique (également pour chauffer les radiateurs), tandis que les fumées produites par la combustion sont expulsés par le conduit de fumée. C’est le système classique qui caractérise le fonctionnement d’une chaudière traditionnelle; avec l’introduction de modèles à condensation beaucoup de choses ont changé, mais beaucoup doivent encore changer.

Ce qui a changé grâce aux chaudières à condensation

L’introduction des chaudières à condensation promet des avantages significatifs en termes de réduction des émissions, d’économie d’énergie et de réduction des coûts d’utilisation. Juste pour donner une idée de ce dont nous parlons, il a été estimé qu’une chaudière à condensation est capable, par rapport à une chaudière traditionnelle, d’obtenir une réduction allant jusqu’à 70% de émissions de NOx, CO et CO2 et aussi la réduction conséquente des émissions de PM10 et PM2,5. Cela signifie qu’en moyenne, dans un appartement d’environ 100 m2, la chaudière à condensation est en mesure d’éviter que 800 kg de dioxyde de carbone soient rejetés dans l’environnement chaque année. Cette réduction équivaut à peu près à environ 350 litres d’essence en moins pour votre voiture.

La réduction des émissions polluantes va de pair avec l’augmentation de l’efficacité du système de chauffage. Une chaudière à condensation assure en effet une 15 à 20% d’efficacité thermique en plus par rapport à un traditionnel avec une réduction de plus de 300 € par an sur la facture. Pas mal, non?

Quelques clarifications

Les chiffres relatifs à aux Économies de CO2 assurés par une chaudière à condensation sont, bien entendu, des estimations. En effet, des conditions spécifiques sont nécessaires pour garantir l’efficacité du système de chauffage, même le plus avancé. Non seulement la maintenance de routine est effectuée régulièrement sur le système, mais aussi l’amélioration des conditions d’isolation thermique nécessaire pour que la chaleur produite par la chaudière à condensation ne soit pas gaspillé par une faible efficacité de l’isolation de l’habitation.

Il faut dire aussi que ce sont des estimations car beaucoup dépend de consommation de chaque famille, le type de combustible utilisé (ici aussi il y en a de plus ou moins efficaces et polluants), la taille de l’appartement et son emplacement. C’est évident comme un maison à mille mètres d’altitude a des besoins différents de ceux d’un centre urbain ou de celui situé dans une région vallonnée.

L’autre clarification importante concerne le capacité de la chaudière à condensation. Les estimations sur la réduction des émissions de CO2 sont relatives à la comparaison avec les chaudières traditionnelles, mais sur les mêmes chaudières à condensation il est possible d’appliquer un réduction supplémentaire de la pollution, en les associant à des panneaux solaires thermiques, capables de diviser par deux les besoins énergétiques de chaque habitation.

Le test de fumée

Comme nous l’avions prévu, pour que la chaudière à condensation atteigne cette réduction des émissions de CO2, elle doit être toujours parfaitement efficace. Le contrôle que cette efficacité est toujours parfaite est effectué par le test dit de fumée, qui consiste précisément à mesurer la quantité de polluants dans les fumées, en identifiant également les mesures à prendre pour améliorer l’efficacité de la chaudière.

Ce qui peut (et doit) encore changer

L’innovation introduite par le chaudière à condensation c’est maintenant une réalité, mais pour être vraiment efficace, elle doit se généraliser. Aujourd’hui, dans notre pays, plus de la moitié des chaudières sont encore de type traditionnel, c’est-à-dire celles à faible rendement, responsables d’une énorme quantité de Emissions de CO2. Les familles qui décident de passer à une chaudière à condensation peuvent immédiatement bénéficier d’économies d’environ 20 à 25% sur leurs factures d’énergie, contribuant également à la réduction de la pollution de l’environnement.

Vidéo : Chaudière à condensation : fonctionnement, installation et économies

(Visited 10 times, 1 visits today)